Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

www.fsgt94.org

Le site du sport populaire en Val-de-Marne

Accueil «   Le comité «   L'actualité «  

A propos d'identité nationale

François Blacquart, Erick Mombaerts, Laurent Blanc et consorts se sont-ils rendus compte de la mesure de leur propos et de l’idée sous jacente ?

Nulle volonté de taxer de raciste l’un ou l’autre des protagonistes de l’affaire dans cet édito. Mais juste le souhait de poser quelques questions et de tirer quelques enseignements :

François Blacquart, Erick Mombaerts, Laurent Blanc et consorts se sont-ils rendus compte de la mesure de leur propos et de l’idée sous jacente ? Organiser la ségrégation d’enfants de 12 ans en fonction de l’origine ethnique rappelle sinistrement l’époque des étoiles jaunes. Si la comparaison est largement exagérée et tout à fait inappropriée, elle ne manque pas de circuler dans les têtes et suscite l’émoi qu’il convient d’avoir…

Faut-il être aussi loin des réalités de la vie dans les cités populaires pour penser que l’avenir de l’équipe de France de football dépend de ces fameux binationaux ? La société capitaliste produit de l’exclusion sociale, produit des chômeurs et en premier lieu chez les jeunes des banlieues. Nombre d’entre eux, les plus exclus, relégués dans les ZUP, ZEP et autres ghettos des cités pour lesquels les échecs des politiques de la ville ou du plan banlieue n’auront fait qu’aggraver les situations, ne se sentent plus français.

Triste constat de l’échec du modèle d’intégration à la française, il s’agit d’un retour de bâton du miroir aux alouettes de la génération 98 black blanc beur, dont nous avions eu les premières alertes lors de l’envahissement du stade de France pour France - Algérie.

Le raisonnement qui consiste à dire qu’il faut privilégier les français de souche pour avoir une équipe de France fière de son maillot bleu est non seulement raciste mais surtout bête, stupide et inepte. D’une part cela revient à exclure des jeunes qui voient dans le football et le maillot bleu le fameux ascenseur social que personne ne voit et dont tout le monde parle. D’autre part, cela revient à détourner la question de la formation de l’excellence du football français du véritable problème : Quel projet de formation des entraîneurs et formateurs ? Quel projet et quelle identité de jeu? Quel projet technique dans les centres de formation ? Quel accompagnement des clubs dans une logique de formation des joueurs ?

Pour notre part, à la FSGT, sans vouloir tirer sur l’ambulance, nous en tirons quelques conclusions :

·         Le débat récurrent sur l’identité nationale et la course aux électeurs du FN a provoqué les dégâts que l’on redoutait. Plus personne n’a peur de demander aux jeunes français d’afficher l’amour de la patrie pour justifier de leur identité française. Et le sommet de la FFF, s’appuie inconsciemment – nous l’espérons - sur cette idéologie pour justifier de sa politique sportive sélective.

 

·         Laurent Blanc n’est certainement pas raciste. Mais il est surement pollué. Comme de nombreux français aujourd’hui qui n’ont plus peur d‘expliquer la délinquance et la violence des banlieues par le fait qu’il s’agit d’un problème ethnique ou religieux.

 

·         Le modèle de formation du football à la française ne fonctionne plus. Mais au-delà c’est le modèle d’intégration à la société française qui est en panne. Avec cette affaire, le message est donné : « affichez vos couleurs… Et tant pis pour vous si elles ne sont pas bleues ! »

 

·         Pour les dirigeants de la FFF et de nombreux commentateurs, le foot français est au dessus des lois : on ne peut pas interpréter autrement les choses quand on tente d’expliquer que l’instauration de quotas ne relève pas du racisme ou que l’intérêt particulier de l’OL de Mr Aulas avec son projet de grand stade relève de l’intérêt général des contribuables lyonnais !


 
Partager
Partager sur Facebook
Poster sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Référencer cette page
Surveiller
Fichiers récents
Voir aussi